Partagez | 
 

 to the bottom of my soul ∞ azelÿah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
the science ✝ archiviste
pseudo : dandan.
célébrité : charlie hunnam
crédits : lux aeterna
Messages : 359
Date d'inscription : 26/09/2015
MessageSujet: to the bottom of my soul ∞ azelÿah   Mer 9 Mar - 18:38


Azelÿah & Cináed


Tout le monde était rentré chez soi. Les victimes, elles, n’avaient plus que l’au-delà où errer. Les créatures surnaturelles avaient pour certain la culpabilité comme compagne à venir tandis que d’autres n’avaient que les remords de n’avoir pu assouvir leur soif. Les sorciers, eux, partagés entre ce sentiment de trahison et d’incompréhension. Et parmi ce flot d’émotions qui avait caractérisé la Burns Night, que restait-il pour les survivants humains ? Que restait-il pour ceux qui n’avaient rien sinon leur vie fragile et leur cerveau pour réfléchir à tout ça ? Cináed avait refusé toute aide venant des secours, prenant soin de leur expliquer qu’il n’était pas blessé. Seule l’égratignure sur son front était visible alors que sous les lambeaux de la jambe droite de son pantalon, se trouvait encore une plaie ouverte sanguinolente qui portait encore les marques des quatre griffes de son assaillant. Il était hors de question de faire partie des victimes collatérales de ce désastre et il avait ainsi pu éviter le sort d’oubli qu’on avait fait subir aux autres. Il ne voulait certainement pas oublier : se remémorer la primitivité des loups-garous, les gouffres qui séparaient les valeurs des sorciers, les incontrôlables vampires. Si on continuait de lui répéter que la science pouvait tout expliquer et qu’elle pouvait finir par tout guérir, Cináed en doutait de plus en plus. Une fois dans la voiture d’un acolyte archiviste qui était venu le chercher, il avait de plus en plus de mal à se faire une raison et à faire travailler son esprit cartésien. Il avait du mal à écarter les sentiments qui lui prenaient les tripes et qui l’étranglaient encore d’horreur quand sa mémoire s’attardait sur les images qu’elle avait enregistrées. Elles n’avaient pas été là. Heureusement, elles n’avaient pas connu ça. Néanmoins, il ne pouvait s’empêcher de mêler la réalité à ses pires craintes et les scènes qu’il avait vécues se rejouaient avec davantage d’horreur. Les yeux regardant à travers la vitre ruisselante de pluie, Cináed bouillonnait de colère et de douleur. Seule sa main tremblante, sur laquelle s’appuyait son menton, traduisait son état ainsi que sa mâchoire serrée qui ne laissait passer aucun mot depuis qu’il s’était installé dans la voiture si calme. « McIntyre, t’es sûr que tu veux pas venir avec nous ? Il n’y a pas Mairead chez toi ? » Soudainement, brusquement, le regard froid de Cináed se planta sur la silhouette du conducteur. « Ne parle pas d’elle. » marmonna-t-il, agressif, avant de passer ses doigts dans ses cheveux blonds rendus crasseux par la lutte. « Tu as raison. » finit-il par ajouter, la voix brisée par la rancœur. Son attention dévia distraitement sur le tableau de bord qui indiquait cinq heures du matin et alors il ouvrit la bouche pour la dernière fois du trajet pour lui ordonner : « Fais demi-tour. Southside. »

Le reste du voyage jusqu’à Kingston Avenue fut un véritable supplice. Sa jambe le brûlait et il dût se mordre deux phalanges plusieurs fois pour éviter de hurler. Il lui fallait des soins. Au dernier moment, Cináed hésita avec Mansionhouse Road où créchait Mirela mais elle devait être encore trop bouleversée pour l’accueillir. Non, il n’y avait qu’une femme pour l’apaiser physiquement et moralement mais malheureusement ce serait au prix de sa propre humeur. Il imaginait déjà son regard horrifié, puis ses questions, mais à cet instant, Cináed ne réfléchissait plus. Égoïstement, c’était auprès d’elle qu’il se réfugiait tout en sachant qu’un quiproquo allait entacher leur complicité. Il y avait trop de non-dits pour ne pas éveiller ses soupçons mais qu’importe, il était prêt à sacrifier un peu de ça pour un peu de réconfort et beaucoup de morphine. Il quitta la voiture sans saluer l’archiviste puis il prit presque une dizaine de minutes pour traverser le trottoir et l’allée qui menait à la porte d’entrée. Parfois, il devait s’arrêter et prendre appui sur quelque chose pour ne pas s’effondrer, d’autres fois, il s’était à nouveau mordu le poing pour ne pas hurler au beau milieu de cette fin de nuit paisible. Après une profonde inspiration, il tambourina à la porte, au cas où elle dormait encore. Quand il l’entendit descendre, ce fut à un Cináed en sueur qu’elle ouvrit. « Désolé bébé, je suis pas… dans mon meilleur jour. » A défaut d’avoir pu conduire sa moto qu’il avait dû laisser sur le parking là-bas – un geste qui le rendait fou d’inquiétude – il avait pu récupérer un vieux hoodie kaki qu’il avait enfilé par-dessus sa chemise blanche tachée de sang. Sans attendre qu’elle lui pose la moindre question, il prit l’initiative d’entrer et s’agrippa à la première chaise venue. « Est-ce que tu as quelques outils au cas où tu dois faire naître un bébé à la maison ? » En gros, est-ce qu’elle avait de quoi le soigner parce qu’il se sentait sur le point de flancher. « Et du whisky… Merde. » Il s’efforçait de sourire avec ironie, le visage complètement dévasté par la douleur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
to the bottom of my soul ∞ azelÿah
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» soul flyers
» [Vendu] Cadre Cotic Soul ou vélo complet
» a vendre, aile de kitesurf takoon soul 11m de 2011 comme neuve 600euros
» "Northern Soul" the movie
» Tresse YGK G soul

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ONLY GOD FORGIVES ✝ :: Cottages et autres habitations :: 45 Kingston Ave. Edinburgh EH16, UK-